Déjà plus de 152 000 membres. Vous aussi créez un compte gratuitement ou connectez-vous

Actualités de
l'auto entrepreneur

L'information auto entreprise et micro entrepreneur


Auto Entrepreneurs : Comment devenir micro entrepreneur pendant la crise ?


15-03-2022     Par

Vous avez un projet d'entreprise mais vous vous demandez quel est le moment idéal pour se lancer ? Le défi de tout entrepreneur est de monter une entreprise à succès.

De nombreux facteurs économiques et sociaux peuvent influencer cette réussite. Certes, la pandémie COVID-19 a freiné bon nombre d'activités économiques. Pourtant, certains secteurs connaissent une croissance importante avec de nombreuses opportunités à saisir.

Démarrer son business en période de crise n'est pas toujours une mauvaise idée. Cependant, pour créer son entreprise, quelques précautions sont à prendre. Il faut se poser les bonnes questions avant de se lancer : Quelles sont les bonnes raisons de monter son entreprise en période de crise ? Quelle forme juridique choisir pour créer une entreprise en période de crise ? Pourquoi choisir la micro-entreprise ? Quelles sont les particularités de cette structure juridique ? 


Pourquoi créer une entreprise en période de crise ?

Si le Covid-19 a causé des difficultés voire la fermeture de nombreuses entreprises, cette situation n'a pas découragé les entrepreneurs dans le lancement de leur projet. Malgré les impacts de la crise économique sur certaines activités, la création d'entreprise a connu une hausse en France pour de multiples raisons.

Apparition de nouveaux besoins pendant la crise

Il ne fait aucun doute que la pandémie a modifié le comportement des consommateurs. A titre d'illustration, nous pouvons avancer leurs comportements d'achat. A cause de la pandémie, les acheteurs s'intéressent en masse à l'e-commerce et l'achat en ligne afin de limiter les contacts physiques. Cela constitue une opportunité pour les entrepreneurs qui souhaitent ouvrir un e-commerce ou un magasin en ligne répondant à la demande croissante de biens et services. Face à ces nouvelles habitudes en faveur de l'e-commerce, c'est l'occasion rêvée de proposer des solutions innovantes.

Parmi les nouveaux besoins qui surgissement, voici quelques secteurs intéressants :

  • Les services à la personne
  • Le e-commerce
  • Le coaching
  • Les métiers du web (rédaction web, développement web, infographie, référencement)
  • L'intelligence artificielle
  • Services de livraison à domicile

Dégradation de la concurrence

En raison de la pandémie, la plupart des entreprises font face à un manque de trésorerie. Le timing peut donc être idéal pour lancer votre entreprise en répondant aux nouvelles exigences du marché. 

Généralement, en temps de difficultés, les dirigeants d'entreprise tentent de trouver des solutions pour sortir du marasme et suspendent tout lancement de nouveaux produits. Cette situation peut se transformer en véritable opportunité de vous démarquer et de prendre les devants avec votre activité.

Lancer votre entreprise avec un coût moins élevé

Une période de crise va généralement être synonyme de manque de fonds pour lancer votre entreprise. Cependant, pas de panique ! Vous avez de fortes chances de trouver des prestataires avec un tarif plus bas et des équipements moins coûteux. Cela permet de limiter votre capital de départ, surtout si vous disposez de peu de moyens financiers pour vous lancer.

Créer une entreprise en pleine crise implique aussi une gestion rigoureuse de vos deniers en limitant au maximum vos dépenses. L'enjeux est conséquent : en cas de difficultés, votre entreprise sera prête à tenir le choc.

En temps de crise, les offres promotionnelles ainsi que les formations gratuites cartonnent sur internet. Vous pouvez en profiter pour vous former et approfondir certains aspects de votre projet d'entreprise, comme par exemple avec la BPI : 10 heures de formation gratuite.
 

Créer une micro-entreprise en temps de crise : les bonnes raisons

Comme vu précédemment, en temps de crise, il faudra limiter au maximum les dépenses. Et ça tombe bien ! Avec des formalités de création simplifiées, le coût de création d'une micro-entreprise est moins onéreux que celui d'une société. 

En plus de ce point positif, la micro-entreprise accorde de nombreux avantages fiscaux et sociaux à un entrepreneur qui souhaite se lancer seul en temps de crise.

Qu'est-ce que la micro-entreprise ?

A la différence de la société, la micro-entreprise n'est pas un statut juridique à part entière. Il s'agit d'une entreprise individuelle profitant d'un régime particulier. 

Il faut noter cependant que l'option pour la micro-entreprise n'est accordée que sous certaines conditions. C'est aussi l'un des inconvénients de la microentreprise car passé un certain seuil de chiffre d'affaires, vous ne pourrez plus bénéficier de ce régime. 
Les seuils de CA sont fixés à 176 200 euros pour les ventes de marchandises et 72 600 euros pour les activités de prestation de services et professions libérales.
 

Quels avantages fiscaux et sociaux de la micro-entreprise ?

La particularité du régime fiscal de la micro-entreprise réside dans le calcul du montant de l'impôt dû et la franchise de TVA. Le montant de l'Impôt sur le revenu est basé sur le chiffre d'affaires réalisé. Si vous avez un chiffre d'affaires nul, votre impôt sera donc égal à zéro. 

Vous pouvez aussi choisir le versement libératoire sous certaines conditions. Cette option vous permet de verser votre IR mensuellement avec un taux fixe. Vous n'avez plus besoin de faire une régularisation ultérieure. Vous pouvez en bénéficier si vous ne dépassez pas les seuils de revenus allant de 27 794 euros pour une personne seule à 83 382 euros pour un couple avec deux enfants.

Le statut de micro-entrepreneur vous permet également de prétendre à une franchise de TVA. La franchise en base de TVA exonère les entreprises de la déclaration et du paiement de la TVA sur les prestations ou ventes qu'elles réalisent. Elles ne facturent pas la TVA à leurs clients et de ce fait, n'ont pas à la reverser. Ce régime fiscal s'applique à toutes les entreprises dont le chiffre d'affaires de l'année précédente ne dépasse pas certains seuils.

  • 85 800 euros (seuil limite) et 94 300 euros (seuil majoré) pour les ventes de marchandises ;
  • 34 400 euros (seuil limite) et 36 500 euros (seuil majoré) pour les prestations de services.

Sur le plan social, les cotisations sociales à payer sont aussi calculées à partir du chiffre d'affaires réalisé avec un taux fixe. C'est le régime dit simplifié de calcul et de paiement des cotisations sociales. Les taux sont fixés à : 

  • 12,8 % pour les activités de vente et assimilées ;
  • 22 % pour les prestations de service et les professions libérales.
     

L'ACRE, une aide financière non négligeable pour un micro-entrepreneur 

Pour faire face aux impacts de la crise sur les entreprises, la loi accorde une exonération partielle des charges sociales durant la première année d'activités pour les micro-entrepreneurs. Vous avez droit à un taux réduit de 50 %. 

Vous n'avez qu'à faire une déclaration auprès de l'URSSAF dans un délai de 45 jours après l'immatriculation de votre micro-entreprise. Vous devez réunir les pièces suivantes à l'appui de votre demande :

  • un formulaire ACRE
  • un justificatif prouvant votre appartenance à une des catégories bénéficiaires de l'ACRE
  • une copie du formulaire de votre déclaration de micro-entreprise.
     

Quels sont les inconvénients du régime de la micro-entreprise ?

Comme tout statut, la micro-entreprise présente des avantages et des inconvénients. La limite de chiffre d'affaires, qui vous permet tout de même une exonération de TVA, pourra devenir un frein en cas de dépassement rapide de l'auto-entreprise : si l'activité se développe et dépasse les seuils, elle sera soumise au régime d'imposition classique de l'Entreprise Individuelle. 

Enfin, pensez-bien à vous questionner en amont sur votre volonté ou non de vous associer. Si tel est le cas, la microentreprise ne vous le permettra pas. S'agissant d'une Entreprise Individuelle, elle ne forme qu'un avec l'entrepreneur individuel. Il vous faudra alors créer une société comme la SARL ou la SAS. 

 

Vous avez à présent toutes les clés pour déceler les opportunités disponibles dans les secteurs d'activité qui vous intéressent : croyez en vous, lancez votre projet !


Auto Entrepreneurs : Est-il obligatoire de souscrire une/des assurances ?

Auto Entrepreneurs : Commerce en ligne, un départ en beauté grâce à une analyse optimisée